10/10/2014

AUSTÉRITÉ NON !
300 MANIFESTANTS LE 16 OCTOBRE A TROYES

Le gouvernement a encore frappé : il vient d'annoncer la prime de naissance divisée par trois dès le second enfant, la durée du congé parental divisée par deux pour les mères, divers versements repoussés d'un mois et la majoration des allocations familiales repoussée de 14 à 16 ans. 

Quelques mesures « emblématiques » sur la famille de son projet de loi à venir sur le financement de la Sécurité sociale (PLFSS). 700 millions prélevées dans les porte-monnaie des familles, alors que les patrons viennent d'être exonérés du paiement de la cotisation familiale. Combien seront annoncés dans les autres branches ? Le choix du gouvernement est clair : prendre aux pauvres pour donner aux riches. Hollande c'est Robin des Bois à l'envers.

Congé parental : de qui se moque-t-on ?
18 mois pour chaque conjoint sans augmentation de l’indemnité versée qui s’élève à 566 euros ! Au nom de la réduction des déficits publics, le gouvernement fait des choix austéritaires qui vont frapper de plein fouet les familles et singulièrement les femmes. Les mêmes, si prompts à prendre en exemple d’autres pays européens pour faire passer la pilule de l’austérité, oublient de dire que celui ou celle qui prend un congé parental perçoit, en Allemagne, 67% de son salaire net et en Suède 80% ! Utiliser l’aspiration légitime à faire avancer l’égalité entre les femmes et les hommes pour faire des économies sur le dos des familles et pour réduire le temps d’un des parents près de son enfant est scandaleux. D'autant que la France est en retard de 400 000 places de crèches nécessaires pour les familles et leurs enfants et que tout rattrapage est en panne du fait de l'austérité.

09/10/2014

ELECTIONS DÉPARTEMENTALES : VALLS INVENTE L’AUSTÉRITÉ... POUR LA DÉMOCRATIE !

L’article 46 du projet de loi de finance, déposé à l'Assemblée Nationale le 1er octobre par le gouvernement, prévoit pour les élections départementales de mars 2015, de supprimer l’envoi postal au domicile de chaque électeur des professions de foi et des bulletins de vote des candidats, et de le remplacer par une publication sur Internet. 

Décidément pour ce gouvernement tout est un coût : le travail, la famille, la santé, les collectivités territoriales et maintenant l’expression de la démocratie, et maintenant l’égalité des citoyens devant le suffrage universel. Après l’austérité économique et sociale, voici l’austérité démocratique. Les élections départementales en raison du nouveau mode scrutin, du charcutage électoral des cantons et du « coup d’Etat » contre les départements, risquent de connaître une abstention record. Il est donc singulier de voir le gouvernement prendre des dispositions qui vont démobiliser encore plus l’électorat.

On peut s’interroger si, au fond, ce n’est pas l’effet escompté ? Il est vrai qu’alors que l’exigence populaire d’un référendum sur l’avenir des départements grandit dans le pays, les élections départementales s’annoncent particulièrement catastrophiques pour le couple Valls-Hollande. Le PCF demande solennellement à Manuel Valls de retirer l’article 46 de son projet de loi de finance en raison de son caractère attentatoire à la démocratie et à l’égalité des citoyens devant le suffrage universel.

15/09/2014

FÊTE DE L’HUMANITÉ : "SOYONS LES ACTEURS D'UN SURSAUT NATIONAL ET CITOYEN"

500 000 personnes ce week-end à la Fête de l'Humanité bien décidées à s'atteler à "l'impérieuse nécessité de faire du neuf" à gauche.










01/09/2014

"DIRE LES CHOSES DROIT DANS LES YEUX"

Intervention de Pierre Laurent à l'université d'été du Parti socialiste.

28/08/2014

LE GOUVERNEMENT DES PATRONS

Applaudi debout par la patronat le plus réactionnaire, le plus virulent !

Manuel Valls, après avoir nommé le financier Emmanuel Macron à l'économie, a communié avec Pierre Gattaz à l'université d'été du Medef. Comme si le CICE et le pacte de responsabilité ne suffisaient pas, le premier ministre a apporté dans sa hotte la suppression des seuils sociaux afin de diminuer les droits, notamment syndicaux, des salariés dans les entreprises, l'autorisation du travail du dimanche et, plus que tout, un dogme qui balaie toute l'histoire du socialisme en France : "ce qui est bon pour les patrons est bon pour le pays". "Il est absurde de parler de cadeaux faits aux patrons, ce langage n'a aucun sens", puisque ce qui leur est donné profiterait à tous, feint-il de croire. Donc pas un mot des dividendes (30,3% de plus) que les grandes entreprises ont versé l'an passé à leurs actionnaire, bien plus que leurs homologues des autres pays européens !

25/08/2014

DÉMISSION DU GOUVERNEMENT : L’ÉCHEC SERA UNE NOUVELLE FOIS AU RENDEZ-VOUS

Réaction de Pierre Laurent, secrétaire national du PCF :

"La démission du gouvernement Valls est un terrible constat d'échec. La politique mise en oeuvre depuis cinq mois n'obtient aucun résultat. La France s'enfonce dans la crise parce qu'elle s'enfonce dans l'impasse de l'austérité, de la baisse des salaires et du pouvoir d'achat, des cadeaux sans contrepartie aux dividendes et au capital. Incapable de rassembler les Français, la gauche et même les socialistes sur cette politique, Manuel Valls vient pourtant de recevoir le mandat du Président de la République de persévérer avec une équipe à sa botte, plus droitière encore. L'autoritarisme et la fuite en avant sont donc la seule ligne de conduite de l'exécutif. L'échec sera une nouvelle fois au rendez-vous. 

Il n'est pas possible de laisser faire car le prix à payer pour le pays est déjà et sera plus lourd encore. Devant tant de dogmatisme et d'inconscience, de mépris pour les électeurs, les paroles critiques, si justes soient-elles, ne suffiront pas. Le temps est venu pour tous ceux qui refusent ce cap suicidaire d'entrer en action, de débattre et d'agir en commun, de rassembler la gauche et le peuple pour construire une autre politique, avec une autre équipe, décidée à renouer avec les exigences de redressement social et de justice fiscale, de lutte contre les gâchis de la finance, de créations d'emplois utiles aux services publics, au logement, à l'industrie et à la transition écologique, de refondation démocratique de la République. 

J'appelle dans tout le pays à la convergence et à la mobilisation contre les mauvais coups qui s'annoncent et à la construction d'un projet politique de gauche alternatif."

21/08/2014

HOLLANDE : UN PIED DE NEZ A LA GAUCHE

François Hollande vient de donner au journal Le Monde sa vision de la fin du quinquennat et assume sa politique néolibérale.

Sourd et aveugle aux signaux d'alarme de l'économie, au mécontentement des Français (85% ne lui font plus confiance pour lutter contre le chômage) et aux avertissements, y compris de son propre camp, François Hollande plonge dans le gouffre et appelle les Français à les suivre.

"Je veux accélérer les réformes", "nous devons aller plus vite et plus loin", dit-il, "les choix ne peuvent être rediscutés à chaque fois qu'un indice trimestriel est connu", balayant d'un revers de main les indices qui s'accumulent (croissance zéro, chômage en hausse, récession menaçante). Mais où va-t-il dans la course folle qu'il engage en cette rentrée, en restant sourd aux demandes de plus en plus pressantes de la majorité qu'il l'a élu, pour affirmer que la politique, qui n'a donné aucun résultat depuis deux ans, va soudainement en produire ? Il n'y aurait pas d'autre politique économique possible, serine-t-il dans cet entretien, dans un effacement des lignes de partage entre la droite et la gauche qui réjouit le Front national.

07/08/2014

AU MOINS 500 PERSONNES DANS LES RUES DE TROYES SAMEDI 9 AOUT


500 selon la presse, plus de 600 selon les organisateurs, ont marché samedi, dans les rues de Troyes scandant d’une seule voix : «Nous sommes tous des Palestiniens. Enfants de Gaza, enfants de Palestine, c’est l’humanité qu’on assassine». À l’appel du collectif «Arrêt définitif des massacres, stop au blocus de Gaza pour une paix juste et durable», dont est partie prenante le PCF, les manifestants se sont réunis sur la place de l’hôtel de ville et se sont rendus jusqu'à la préfecture.

31/07/2014

EMOUVANT HOMMAGE A JAURES A TROYES


Jeudi 31 juillet, cent ans après son assassinat, un émouvant hommage a été rendu à Jean Jaurès devant la Bourse du Travail, sur la place qui porte son nom à Troyes. 150 personnes étaient présentes parmi lesquelles un certain nombre de communistes romillons, dont notre secrétaire et des membres de l'exécutif de section.

Après une introduction de Jean Lefèvre, directeur de la Dépêche de l'Aube et président de l'Université populaire de l'Aube, l'historien Olivier Pottier, qui prépare un ouvrage sur Jaurès et l'Aube, a rappelé que Jaurès était venu trois fois dans notre département, la dernière en 1908 pour inaugurer l'hôpital de Romilly (lire). Une lecture de textes a eu lieu, puis sont venues La Marseillaise, l'Internationale et la reprise par Zebda de la chanson de Brel "Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?", avant un dépôt de gerbe devant les portes closes de la Bourse du Travail (les organisateurs s'étant vu refuser les clés par la mairie de Troyes).

FERMETURE DU CENTRE DE POST-CURE DE ROMILLY : NE LAISSONS PAS FAIRE !

Suite à un programme “d’économies”, le centre de post-cure, installé à Romilly au centre Camille-Claudel et dépendant de l’établissement de santé mentale de Brienne, fermera ses portes d’ici à la fin de l’année.

Globalement pour l’établissement de Brienne-le-Château, c’est un million d’euros d’économies chaque année qui sont programmées dans le plan pluriannuel 2014-2018. Non-remplacement des départs à la retraite, gel de postes, regroupement en 2017 des urgences psychiatriques avec celles de l’hôpital, réduction du nombre de lits d’hospitalisation de longue durée... Tout cela après des baisses de dotations de l’Assurance maladie et les coupes financières imposées par les politiques d’austérité qui frappent de plein fouet les établissements de santé publics.

«Ces restructurations et ce plan d’économie ont été décidés sans aucune concertation avec les instances représentatives du personnel [...]. Il s’agit d’un plan d’économie purement comptable qui ne prend pas en compte la qualité des soins et de la prise en charge. Nous travaillons sur l’humain, il faut des personnes formées et motivées», ont déclaré les syndicalistes CGT et FO de l'établissement.

Une des première mesures de ce plan sera la fermeture du centre de post-cure de Romilly-sur-Seine. Implantée depuis 1990 et spécialisée dans la réadaptation psychosociale, cette structure permettait à des patients d’être soignés près de chez eux. Neuf places étaient disponibles (au lieu de quinze dans le projet initial) et l’ouverture permanente permettait à des personnes de venir y prendre leurs traitements les week-end et jours fériés. Plus d’une dizaine de salariés composent le personnel et, pour l’heure, moins de la moitié d’entre eux auraient une nouvelle affectation à Romilly, les autres étant basculés à Troyes ou Brienne.

Après une baisse de l’offre de soins qui tend à s’accentuer à l’hôpital public Maurice-Camuset, les inquiétudes quant au non-remplacement de médecins généralistes et spécialistes qui partiront prochainement à la retraite, c’est un nouveau coup dur pour la santé dans la seconde ville du département.